ANGES & DÉMONS



« Les enfants sages iront au paradis...
...Les autres où ils voudront... »


«  Comme il est sage cet enfant !  Un vrai petit ange... »
«  Quel vilain garcon... il a le diable au corps ! »

Nous avons tous entendus un jour ces injonctions. Parfois les avons nous même proférées...
Elles sont présentent en chacun de nous et peuvent même -si nous ne les éclairons pas à la lueur de la conscience- nous influencer à notre insu.
Elles proviennent parfois de la nuit des temps et se transmettent dans l'inconscient collectif pouvant aller jusqu'à identifier les enfants qui vivent en nous dans des rôles, des idées divisantes et dualistes.
Elles peuvent ainsi chez l'enfant et donc chez l'adulte que nous deviendrons limiter l'expression de notre totalité.
En influençant notre vision du monde et les archétypes que nous portons en nous elles peuvent même parfois créer des rôles qui, tels des costumes, seront portés par certains membres d'une même fratrie :
  • Le gentil ou la gentille, le bon samaritain, l'ange, le sauveur, ...etc....
  • Le méchant, le démon, l'avocat du diable, l'exclus...
Qu'est ce que bien souvent un enfant sage ou un petit ange pour une famille, si ce n'est un enfant obéissant aux désirs, aux lois et normes inconscientes imposées par certaines lois familiales ou sociétales ?
Prenons ici conscience de l'éventuelle pollution idéologique que pourrait en ce cas porter la notion de sagesse : si être sage, c'est uniquement répondre à des injonctions, l'individu risque de s'enfermer et de limiter ses potentiels de croissance.

Qu'est ce que bien souvent un garnement ou un petit diable si ce n'est un enfant dérogeant à ces mêmes règles en exprimant peut être ce qui jusqu'alors avait été refoulé par le clan, ou l'ordre établi ?
Peut être sera-t-il là ou on ne l'attends pas un bienfaiteur empêcheur de tourner en rond permettant d'élargir le cercle des possibles ?
Pour l’intégrer en tant que tel il sera nécessaire d’élargir notre point de vue au delà de la séparation entretenue entre les soit disant contraires :
Le diable le plus nuisible est bien souvent celui qui n'est pas intégré.

Dans les deux cas cette vision limité projetée sur telle ou telle partie d'un enfant, d'une personne et surtout de nous même devra nous inviter à entreprendre un travail de réinterprétation mythiques, afin qu'évoluent en nous certaines valeurs et le regard que nous projetons sur le monde.
Ils nous faudra ainsi en quelque sorte réaliser notre jugement dernier. En cessant de juger nous redonnerons aux ombres et aux lumières qui nous habitent et qui se projettent au dehors l'opportunité joyeuse de danser ensemble.
En agissant ainsi nous apprendrons à intégrer dans leur globalité les enfants d'aujourd'hui et ceux que nous avons été.
Nous apprendrons ainsi peut être a aimer de manière toujours plus authentique afin de promettre au monde plus de paix et d'unité ?




Laurent Vitureau

Commentaires